Cross docking : plongeons au coeur de cette méthode d’optimisation

Par Justine Demarque , le 19 avril 2023 , mis à jour le 5 décembre 2023
colis en attente dans un entrepôt de cross docking

Avez-vous déjà entendu parler de la stratégie du cross docking ? Cette technique logistique innovante transforme la manière dont les entreprises gèrent leurs chaînes d’approvisionnement. Née pour répondre au besoin de rapidité et surtout d’omnicanilité, le cross docking offre des avantages considérables, tels que la réduction des coûts de stockage, l’amélioration de la rapidité de livraison et l’optimisation des flux de marchandises.

Mais en quoi cette technique est-elle différente d’une livraison classique ? Comment fonctionne-t-elle ? Ou encore, à qui est-elle destinée ? Plongez dans le monde fascinant du cross-docking et découvrons comment cette stratégie peut transformer votre logistique !

Définition du cross docking

Le cross docking correspond à une technique logistique qui facilite la livraison de produits directement de l’usine de fabrication au magasin de détail ou au consommateur, sans qu’il y ait besoin de stockage ou d’intervention d’un intermédiaire.

Pour la mettre en œuvre, l’entreprise doit disposer d’une plateforme appropriée pour la réception des marchandises. Cette méthode logistique est également connue sous le nom de « livraison en flux direct ». Cette approche convient à diverses situations, qu’il s’agisse de matières premières, de produits finis ou de composants destinés aux usines, aux magasins physiques ou aux consommateurs finaux.

Les produits sont pris en charge sur le quai de réception d’un terminal de cross-docking. Ils sont ensuite retirés du camion de livraison pour être inspectés et triés, avant d’être rechargés dans d’autres camions situés du côté sortie du terminal de cross-docking. Ce transfert de véhicules au cours du trajet nécessite une gestion impeccable des flux de marchandises pendant l’opération. Bien qu’il puisse sembler complexe, cela offre également l’avantage de livrer les produits plus rapidement.

Ainsi, avec cette stratégie, les articles restent très peu de temps dans l’entrepôt après leur arrivée. Étant donné qu’ils ne sont pas rangés sur des étagères, le processus de préparation des commandes n’est pas nécessaire. D’où l’expression anglaise « cross the docks », qui signifie « traverser les quais » et donne son nom au cross docking.

Comment fonctionne le cross docking ?

Dans une gestion d’approvisionnement classique, l’entrepôt constitue le lien central entre les fournisseurs (= l’offre) et les consommateurs (= la demande). Le flux est discontinu, car l’offre et la demande ne sont pas synchronisées. L’entrepôt logistique est donc le point de connexion entre les deux et possède un rôle de stockage de la marchandise en attendant que la demande se présente.

Néanmoins, les avancées technologiques dans les systèmes d’information et les logiciels logistiques ont conduit à une gestion des approvisionnements plus flexible et mieux intégrée. C’est dans ce contexte que le cross docking a émergé. Toutefois, pour assurer son succès, une coordination optimale entre toutes les parties impliquées (fournisseurs, responsables d’entrepôts, transporteurs et clients finaux) est essentielle.

En règle générale, le processus se divise en plusieurs étapes :

  1. La planification de la distribution des commandes passées aux fournisseurs.
  2. La réception des colis.
  3. L’enregistrement et l’examen de la marchandise reçue dans le cadre de la procédure de contrôle qualité.
  4. Le reconditionnement, la consolidation des commandes (si nécessaire) et l’expédition des produits.

Quelle est la différence entre le cross docking et une livraison traditionnelle ?

La différence majeure entre une livraison traditionnelle et une livraison en cross docking réside dans le fait que cette dernière évite le stockage des marchandises. L’autre distinction se trouve dans la redistribution des produits depuis la plateforme cross-dock, qui permet une livraison quasiment instantanée des marchandises.

Exemple :

Imaginons que le magasin A commande 10 canapés et le magasin B en commande 15 auprès du même fabricant. Le camion de transport arrive à la station de transbordement avec 25 canapés au total. Le terminal de transbordement trie les articles : deux camions sont prévus pour les différents magasins, attendant à l’extrémité du terminal de réception. Un camion se dirigera vers le magasin A avec 10 canapés et l’autre vers le magasin B avec 15 canapés.

 

cross docking schema

Source : Mecalux.fr

Les différents types de cross docking

Il y a différentes manières d’organiser les types de cross-docking. On distingue trois grandes catégories.

1. Le cross-docking direct

Également appelé le cross docking pré-distribué, il s’agit de la forme la plus simple à mettre en œuvre. Les unités de charge sont déjà préparées et organisées par le fournisseur selon la demande finale. L’opération de cross-docking se limite donc à la réception et à l’expédition des marchandises.

2. Le cross-docking indirect ou consolidé

Dans le modèle de cross docking consolidé, les marchandises sont manipulées de manière à répondre aux besoins du client final. Les unités de charge reçues sont déplacées vers une zone dédiée au cross docking ou de conditionnement, où elles sont examinées et ajustées en fonction de la demande.

Par ailleurs, cette méthode implique de réorganiser les palettes en unités de charge plus petites. Ou inversement, de diviser les marchandises en colis individuels ou en kits de produits.

3. Le cross-docking mixte ou hybride

Il s’agit d’une variante plus complexe qui consiste à préparer les commandes dans la zone de conditionnement en utilisant :

    • Une partie des marchandises livrées par les camions et
    • Une partie de celles déjà stockées dans l’entrepôt

Dans ce cas, les marchandises reçues peuvent être transférées vers une zone de stockage temporaire plutôt que de passer directement au cross docking.

Ce type offre plus de flexibilité. En effet, il permet de faire face à un plus grand nombre de situations. Néanmoins, gardez à l’esprit qu’il nécessite également une coordination efficace de tous les flux logistiques.

Pourquoi faire du cross docking ?

Le cross docking n’est pas une nouveauté en soi. En effet, de nombreuses entreprises l’emploient déjà pour répondre aux exigences d’une stratégie logistique omnicanale. Cependant, il existe plusieurs raisons qui poussent les entreprises à l’adopter. En voici quelques-unes.

1. Regroupement des marchandises et économies

Tout d’abord, cette stratégie logistique permet de rassembler diverses marchandises en un unique mode de transport, économisant ainsi du temps et de l’argent.

Exemple :

Prenons un client comme un hypermarché. Celui-ci peut faire appel à plusieurs fournisseurs pour s’approvisionner en boissons ou en produits frais. En optant pour cette méthode, les articles venant des différents fournisseurs sont centralisés. Ce qui simplifie ainsi leur transport et accélère leur réception.

2. Centralisation et livraison efficace

Ensuite, cette technique logistique privilégie un centre de distribution où les produits peuvent être triés et regroupés pour être expédiés plus facilement et rapidement vers différentes destinations. Cela permet également aux fournisseurs de desservir plusieurs clients en même temps avec le même chargement. Comme vu précédemment, le cross-docking facilite l’expédition d’une commande de différents fournisseurs à un seul destinataire final.

3. Démantèlement des produits volumineux et assemblage

Finalement, c’est la méthode idéale pour décomposer des produits encombrants en un nombre de petites pièces. Cela facilite ainsi leur livraison jusqu’au consommateur. Si la marchandise nécessite un assemblage et que l’ensemble des pièces provient de différents fournisseurs, cette méthode devient particulièrement pertinente.

Comment mettre en place cette stratégie ?

La mise en place d’une stratégie de cross docking implique une mise à jour de l’organisation de votre chaîne de production. En effet, vous devez vous focaliser sur la réduction des stocks à chaque étape.

Voici comment vos flux devront être structurés :

    1. Vous recevez les marchandises entrantes au quai de déchargement.
    2. Elles sont acheminées vers une zone centrale située entre ce quai et la plateforme de chargement (flux sortants).
    3. Un tri des commandes entrantes permet de distinguer celles concernées par le cross docking de celles destinées au stockage. Il est crucial d’assurer une bonne maîtrise et synchronisation des approvisionnements en amont pour un tri efficace.
    4. Les produits concernés par le cross docking sont ensuite chargés dans les camions qui doivent partir dans la journée ou le lendemain.
    5. Les autres marchandises sont dirigées vers l’entrepôt et intégrées aux stocks.

Il existe plusieurs pratiques différentes au sein de la stratégie de cross docking, à savoir :

    • La création de palettes conçues pour un unique client, appelée allotissement, qui peut inclure une ou plusieurs références de produits.
    • La technique du cross docking contre-marqué, où certaines sociétés rassemblent des produits destinés à plusieurs clients sur une seule palette.
    • L’option des « palettes de produits neutres », où le marquage et l’allotissement sont effectués non pas chez le fabricant, mais directement sur la plateforme de cross docking.

Le cross docking est-il fait pour vous ?

Produits avec une date de péremption

Tout d’abord, le cross docking s’avère utile pour les entreprises qui manipulent des produits ayant une date de péremption, susceptibles à l’obsolescence ou encore ayant une Date Limite de Consommation (DLC).

Exemple : Dans l’industrie agroalimentaire, vous gérez des denrées ayant une durée de conservation suffisante avant d’être vendues. Dans ces situations, cette stratégie contribue à réduire les coûts associés au stockage réfrigéré.

Articles volumineux à fort taux de rotation

Si votre entreprise traite d’articles volumineux à fort taux de rotation, tels que des appareils électroménagers ou des meubles par exemple, cette méthode est efficace. En effet, vous miserez ainsi sur une livraison rapide qui satisfera les attentes de vos clients.

Afin de réduire leurs coûts, de plus en plus de distributeurs diminuent leurs stocks dans les points de vente tout en mettant en œuvre le cross docking dans leurs centres. Ainsi, ils sont en mesure de répondre rapidement à la demande des clients.

Pics de commandes

De plus, si votre entreprise fait face à des pics de commandes, comme lors des soldes par exemple, cette méthode s’avère efficace. Ce processus est de plus en plus utilisé dans le secteur de la grande distribution, notamment dans les magasins discount et le commerce de détail.

Gros volumes de marchandises et demande stable

Enfin, cette méthode est idéale pour les entreprises qui doivent gérer de gros volumes de marchandises qui possèdent une demande des clients est stable. Dans ce cas, les flux sont constants et les prévisions sont précises avec une faible marge d’erreur.

Dans ce contexte, le cross docking permet une planification efficace des flux logistiques sans nécessiter un stockage important de produits pour assurer la sécurité.

 

Vous l’aurez compris, le cross docking est une méthode logistique innovante qui permet d’optimiser la gestion des flux de marchandises et de réduire les coûts liés au stockage. Toutefois, d’autres tactiques existent pour optimiser votre entrepôt logistique. Lesquelles ? Découvrez les dans notre guide dédié à l’optimisation des entrepôts logistiques. Vous y découvrirez des conseils et des stratégies pour améliorer l’efficacité de votre organisation et répondre aux besoins de vos clients de manière plus rapide et rentable.