Comment relever le défi de la logistique urbaine ?

Par Justine Demarque , le septembre 20, 2021
manutention livraison en milieu urbain
()

Qu’est-ce que la logistique urbaine ? 

La logistique urbaine fait référence aux mouvements de transport liés aux biens et aux services qui commencent et se terminent dans les centres-villes. Elle se situe à l’intersection de 3 composantes majeures à savoir le développement urbain, la qualité de vie au sein de ce milieu et la dynamique économique. 

Elle survient alors comme base essentielle dans les réflexions et les stratégies de fonctionnement global des villes. Sa gestion nécessite une optimisation des performances de ces divers éléments. 

Cette logistique réunit plusieurs réalités qui s’entremêlent : 

  • l’organisation de flux générés par les établissements commerciaux, industriels ou tertiaires du secteur marchand ;
  • les déplacements des particuliers pour leur approvisionnement ; 
  • les transports annexes comme l’acheminement des déchets, les transports publics, etc. 

On le sait, la ville reste un lieu fondamental d’échanges et de consommation. D’autant plus avec l’augmentation monumentale du nombre des livraisons. 

Les défis actuels de la gestion de la chaîne d’approvisionnement, combinés à des niveaux de concurrence accrus, ont entraîné de nombreux changements dans l’approche adoptée par beaucoup d’entreprises. 

Il existe de nombreuses questions et limitations liées à l’évaluation des performances de la chaîne d’approvisionnement. Il est important que les entreprises puissent identifier leurs problèmes et leurs limitations afin de déterminer comment améliorer leur système actuel.

Comment la logistique urbaine a-t-elle émergé ?  

Une augmentation de la population et une congestion du trafic urbain 

L’accroissement considérable de la population au sein des grandes villes est une cause inéluctable de la congestion routière. Les besoins de déplacement se multiplient sans pour autant que les routes s’élargissent. 

Cela a également poussé les entreprises à se rapprocher de leurs clients. Conséquence directe de cette stratégie, les points de vente ont augmenté de façon significative. Suite à la demande croissante de produits et la volonté de personnalisation, les magasins manquent de place de stockage.

embouteillage en heure de pointe - impact logistique urbaine

Une complexification des comportements d’achats en constante évolution 

Sous la pression des consommateurs, toujours plus friands d’achats en ligne et prônant une rapidité constante, la logistique se doit d’évoluer. Les livraisons se multiplient et provoquent ainsi un flux de véhicules toujours plus grand au sein des centres-villes. 

L’engouement de l’e-commerce et des livraisons express provoquent non seulement un engorgement des routes, mais entraînent aussi de graves conséquences environnementales. Émissions de gaz à effet de serre, pollution sonore, mauvaise qualité de l’air des villes, … 

La logistique est, elle aussi, mise à mal : les transports sont quotidiennement immobilisés dans les embouteillages et engendrent ainsi des retards de livraisons. 

Sans oublier les conséquences néfastes sur la qualité de vie des citadins. Que ce soit dans les transports en commun ou dans leur véhicule, ils perdent de nombreuses heures dans cette congestion urbaine. Repenser la logistique urbaine est donc devenu indispensable pour tous les acteurs du système. 

Logistique urbaine : de nombreux défis à relever 

La livraison du dernier kilomètre : un coût exorbitant

Les logisticiens le savent : l’étape ultime de la chaîne logistique se faisant au sein des villes, appelée livraison du dernier kilomètre, est la plus coûteuse. Elle constitue à elle seule environ 20% du coût total de la chaîne d’approvisionnement. De nombreux coursiers sont même réticents à livrer au sein des villes. 

L’un des obstacles les plus importants à une logistique urbaine efficace est la congestion urbaine. Le trafic est d’ailleurs un problème croissant dans de nombreuses régions du monde. Les réseaux de transports de marchandises sont de plus en plus liés ensemble en raison de routes et de chemins de fer encombrés. L’utilisation accrue des achats en ligne rend l’acheminement des produits vers les clients encore plus difficile. 

Les contraintes environnementales sont nombreuses

Responsable de 35 à 50% des émissions de CO2, le secteur du transport doit être repensé. Par ailleurs, la proportion du transport de marchandises représente 15 à 20% de ces émissions. La logistique urbaine est donc au cœur des préoccupations environnementales. 

Aux problématiques de la pollution et des nuisances sonores s’ajoute un problème de gestion politique en matière de stationnement et d’aménagement de l’espace urbain. Si l’on mise sur une réduction des bandes de circulation pour pousser les conducteurs à abandonner leur voiture au profit des transports en commun, l’espace dédié au stationnement pour les livraisons, lui, se rétrécit. Les défis étant interdépendants, cela complexifie fortement la problématique de la logistique urbaine. 

Une insertion urbaine complexe

Imaginer insérer les entrepôts logistiques au sein des villes est très difficile. Pour des raisons de sécurités évidentes, il est essentiel qu’ils restent en dehors des zones urbaines.

La gestion de la chaîne d’approvisionnement commence sur les hubs de distribution terrestres. Avec l’avènement de la technologie moderne, les entreprises ont de plus en plus accès aux terres et infrastructures au-delà des ports d’appel traditionnels. Cependant, ces entreprises peuvent poser certaines limites sur les terres qu’elles possèdent. 

En outre, de nombreuses villes développées font face à un accès limité aux réseaux routiers et ferroviaires en raison d’un manque de soutien gouvernemental et d’investissements dans les transports en commun. De nombreuses villes souffrent également d’une infrastructure médiocre et de capacités de réseau de routières et ferroviaires limitées, qui réduit gravement la capacité de la société à répondre à la demande des clients.

Une grande menace concerne le transport de matières dangereuses qui sont plus couramment traitées sur terre. Par exemple, si une entreprise de transport urbain de marchandises devait transporter des produits chimiques dangereux, elle devra probablement traverser plusieurs frontières différentes et autres restrictions environnementales.

De même, si les produits transportés sont radioactifs, cela pose un certain nombre de risques pour la santé ainsi que pour l’environnement. Par ailleurs, la sécurité des marchandises est une préoccupation dans le transport urbain de marchandises. Pour une société de logistique urbaine transportant de l’amiante, la dangerosité du transport est évidente. Surtout avec la récente épidémie de cas de mésothéliome à travers les États-Unis.

Quels sont les leviers d’action de la logistique urbaine ? 

Levier n°1 : mutualiser les flux de transport 

Mutualiser les flux se présente comme un levier de taille dans la problématique de la logistique urbaine. Dans ce sens, des expérimentations de transport mutualisé dans les centres-villes sont en cours d’évaluation.

L’objectif de cette stratégie est d’augmenter le remplissage des véhicules afin d’éviter le plus possible les volumes à vide. Mais pas seulement. La mutualisation peut également concerner des aires de livraisons ou des moyens techniques. Utiliser un même véhicule pour plusieurs clients optimise le remplissage et permet ainsi de diviser les coûts. 

Mutualiser la gestion logistique consiste également à intégrer une logistique des retours. Reprendre des caisses ou des conditionnements vides ou les retours d’articles e-commerce joue un rôle important dans cette optimisation de la logistique urbaine. 

Par ailleurs, Shippr mène un combat acharné contre les véhicules roulant à vide. Les algorithmes sont appliqués sur chaque livraison afin d’adapter le mode de transport à la marchandise à livrer. Avec une large flotte allant du vélo-cargo à la camionnette 20m3, Shippr est assuré de trouver le véhicule qu’il faut pour chaque livraison de colis. De plus, une logistique de retours est déjà mise en place par Shippr.

Levier n°2 : faire appel à différents modes de transports 

Diversifier les modes de transport

Avec la multitude de moyens de transport qui existent, les entreprises cherchent à tester ceux qui arriveront à concilier efficacité logistique et qualité de vie. C’est pourquoi des stratégies de livraisons multimodales se mettent en place. 

Des enseignes combinent par exemple le transport ferroviaire et routier. Elles privilégient tout d’abord le train pour acheminer les marchandises aux entrepôts situés en bordure de ville. Ensuite, des camions prennent le relais en milieu urbain. 

Rechercher des véhicules plus écologiques

Par ailleurs, avec la recherche et le développement dans le milieu du transport, plusieurs alternatives vertes voient le jour. Entre les véhicules électriques, à gaz ou encore les systèmes antibruit, les solutions ne cessent de se développer pour contribuer à une meilleure qualité de vie en ville. 

Dans ce sens, des recherches sur le biocarburant ont montré qu’il peut être produit grâce au traitement de déchets fermentés. Il réduirait ainsi les émissions de méthane et pourrait alimenter les véhicules roulants au gaz naturel (GNV) dédiés à la logistique urbaine. 

Levier n°3 : restaurer le foncier logistique

Le constat actuel est sans appel : la logistique a pendant longtemps été poussée en dehors des villes. Pour des raisons de faibles coûts de transport et du coût foncier, son éloignement a ainsi entraîné une augmentation des kilomètres et de la pollution. La productivité des transporteurs fut touchée et s’est vue diminuée.

Toutefois, les plates-formes logistiques sont essentielles au bon fonctionnement de la supply chain. Pour ce faire, restaurer le foncier logistique représente une stratégie non négligeable. Différentes solutions voient ainsi le jour :

  • systèmes d’identification et de réservations foncières afin d’assurer la disponibilité d’espaces à des prix accessibles ;
  • projets innovants et durables comme le développement d’hôtels logistiques qui mixent des opérations complémentaires ;
  • “city hubs” multifonctions qui respectent les normes strictes de qualité environnementale et qui comprennent différents espaces. Des quais de chargement et de déchargement, des bureaux, des lieux dédiés à la préparation et au stockage, etc. 

Levier n°4 : contrôler l’accueil et l’accès des véhicules de livraison

Ces dernières années, de nombreuses zones de livraison ont été aménagées au sein des villes. Répondant à une demande en constante augmentation, ces équipements logistiques urbains sont souvent occupés par des véhicules de particuliers. 

La conséquence de ces stationnements est lourde pour les véhicules de livraisons. Les coursiers n’ont ainsi pas d’autre choix que de se garer en double file. 

Ce simple non-respect des espaces logistiques urbains induit des répercussions en cascade. En effet, si les livreurs se voient contraints de s’arrêter temporairement sur la route, ils bloquent souvent l’accès aux autres véhicules routiers. 

Pour contrer ce genre de problème, un contrôle du stationnement urbain plus rigoureux est donc clé. Des solutions comme des brigades spécialisées ou des technologies, sont actuellement examinées afin de trouver une manière efficace d’endiguer ce défi. 

Levier n°5 : concilier le commerce et la logistique 

Les secteurs du commerce et de la logistique sont souvent traités individuellement alors qu’ils sont fortement liés. La logistique urbaine concerne tout autant l’approvisionnement des commerces du centre-ville que les livraisons à domicile. 

Ces livraisons ont connu un véritable essor pour de multiples raisons : 

  • un vieillissement de la population préférant ainsi se faire livrer directement chez soi ; 
  • une chute du taux de motorisation des ménages en ville préférant ainsi se déplacer à pied ou en transport en commun ; 
  • une augmentation des achats en ligne de tous types, que ce soit pour les besoins primaires comme les envies plus ludiques
  • une volonté de gagner du temps prédominante sur le gain d’argent
  • une présence de plus en plus prégnante d’internet au sein des foyers
  • une incapacité de déplacer des colis volumineux dans les transports en commun 
  • l’évaluation des distances à parcourir pour atteindre les supermarchés et réflexion sur les difficultés d’acheminement des courses depuis ceux-ci
  • l’estimation du temps perdu dans la congestion du trafic urbain 
  • etc. 

Tous ces éléments, accompagnés par des avancées technologiques et logistiques constantes,  entraînent une forte popularité des livraisons à domicile. Même si la demande est forte, l’offre pour y répondre reste néanmoins assez pauvre. La difficulté du milieu urbain met de multiples obstacles sur la route du secteur logistique. Il est donc crucial que ces deux domaines soient pensés ensemble afin d’arriver à garantir une offre répondant à la demande en livraison de la population. 

La logistique urbaine : un défi à résoudre au quotidien 

L’accroissement de la densité démographique au sein des villes, le changement des comportements des citoyens ainsi que le boom des livraisons ont forcé la logistique urbaine à émerger. Située à l’intersection des domaines du transport, de l’économie et de l’environnement, son importance est capitale. 

Malgré de nombreux défis environnementaux, économiques et logistiques qui se dressent, les centres urbains ont d’ores et déjà élaboré des leviers stratégiques. Des acteurs logistiques comme Shippr contribuent à leur échelle aux solutions pour optimiser et désencombrer les villes. Spécialiste de la livraison le jour même et étant confronté au quotidien à la complexité du transport urbain, Shippr oeuvre pour une logistique efficace, mais surtout durable.

Besoin d’un allié logistique pour effectuer et gérer vos livraisons du dernier kilomètre ? Découvrez ce que Shippr peut faire pour vous. 

Cet article vous a-t-il aidé ?

Note moyenne / 5. Nombre de votes